Hier Mercredi 24 Janvier s’ est tenu le bureau CHSCT tant attendu …

Étaient présents, messieurs Mendousse, Girault, Jacolot, Pantaloni, Bodet pour le collège réduit à sa portion congrue de l’administration, et messieurs Sujet, Emry, Vernoux, Richer, Goret, Forestier, Mirallès pour les représentants des personnels.

Le lendemain un  sentiment désagréable me taraude, apparenté à ce que ressent un type qui va acheter une voiture  chez un concessionnaire et qui regrette déjà son choix en allant voir son banquier… Est-ce la prétendue bonne affaire, respecteront-ils les délais de livraison, j’aurai dû plus  négocier …

Mais revenons à nos agneaux : au SDIS 33, on n’ est pas chez Pigeon, et tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil.

Les bureaux CHSCT, espaces dédiés au dialogue avec vos représentants syndicaux (les partenaires sociaux pour rester dans le politiquement correct ) sont désormais, ou l’ont-ils toujours été  à notre insu, enregistrés ! On parle sous écoute, à l’intention de qui ? Laissons passer les anges en lieu et place des réponses attendues.

Si  le SDIS était une équipe de foot, ce serait la Squadra Azzura, bien regroupée devant son gardien et capitaine emblématique,  jouant parfaitement les contres sans se découvrir, en sachant faire des fautes loin de sa surface et jouer la montre pour tenir le score !

Attention, car l’Italie détentrice de quatre coupe du monde,  ne s’est pas qualifiée pour le Mondial … et le grand Bufon est parti à la retraite.  Mais là on parle football, revenons à nos chers agneaux, vous avez raison.

Au SDIS 33, il y a toujours une bonne raison invoquée pour expliquer l’inexplicable.

Si cela fait des années que les douches  de Madère sont froides au mieux très mitigées, quand les gars leur demandent d’ être un tantinet plus chaleureuse avec leur épiderme, c’est la faute au prestataire avec lequel est lié contractuellement le SDIS. Qui va le mettre en contentieux, si cela n’est dejà fait, alors que cela fait deux ans que les réparateurs viennent toutes les semaines à la caserne, et qu’on  leur fait remplir tous les petits papiers avant de les faxer, scanner, archiver,  mailer ( je maile, tu mailes, il maile, nous mailons, à ne pas confondre avec le verbe mailler,  peu usité dans certains services fortement dépendant aux mails et qui reprenne la citation du poète Pierre Reverdy  :  » j’ai tellement besoin de temps pour ne rien faire qu’il ne m’en reste plus assez pour travailler  » maintenant remplacez « pour ne rien faire » par « mailer » c’est marrant, bon moi ça m’a fait rire mais je suis un peu con. Oui, le compte rendu, j’ y viens …

Les dates des séances plénières nous sont communiquées, en mai fait ce qu’il te plait donc pourquoi pas en faire une petite, et deux autres en septembre et novembre. D’ ici là, je tu il nous vous mailerons !

Le groupe de travail sur les atteintes aux sapeurs-pompiers devra attendre l’étude des différents groupements concernés par le sujet, épineux car fortement médiatisé, pour voir le jour.

Cela fait des années que nous sommes baladés d’une réunion à une autre, alors que nous avons fait des propositions mises en application dans d’autres SDIS qui n’ ont pas été  prises en compte. Mais le discours change avec de nouveaux interlocuteurs, qui pour la première fois, n’ont pas systématiquement minimisé les faits. Le président Gleyze sera présent à ce groupe de travail et nous en sommes satisfaits, malgré la déception de ne pas avoir coché une date proche pour commencer à travailler ce dossier prioritaire. Mais attendre, on a l’habitude. Des chiffres, variables, ont été énoncés : 55 à 60 dépôts de plaintes et 136 ou 300 incivilités relevées en 2017. Docteur, ça monte ou ça descend ? ça se maintient on dirait, continuez à prendre vos pastilles, mais n’abusez pas des  petites bleus …

A l’inverse, une échéance a été choisie pour le groupe de travail sur le cannabis : courant premier trimestre, mais rien pour la prévention des risques liés aux fumées, avant que les groupements compétents ne bossent les conclusions du rapport de la DG qui ne devraient pas tarder à arriver boulevard du tsar. Le CHSCT et le SDIS devront cibler des moyens simples,  réalisables  à court termes, comme le rappel des procédures de  nettoyage des EPI et des tenues F1, avec l’ achat  de machines à laver à usage collectif pour ces dernières, la mise à disposition d’ une paire de bottes réservée aux interventions et d ‘une deuxième réservée à la caserne, la séparation des vestiaires de feu et civil, et la possibilité d’avoir deux armoires par agent. Là c’est du compte rendu sérieux !

Bon j’ai des côtelettes d’agneaux qui suent sur la braise, je vais faire court pour le reste : Le robot Colossus est arrivé sans que le CHSCT ne soit consulté comme les textes le stipulent dans le cas d’ achat de matériel innovant (c’est pas des fariboles c’est la loi )

Le CTA-CODIS va être entièrement rénové, mais il ne faudra pas oublier les parkas en été et les maillots en hiver tant que le contrat avec le prestataire de la clim est en cours.

Depuis deux ans les services et groupements concernés planchent sur les caisses VTU, ça mature …

Une petite annonce avant de dévorer mes côtelettes d’agneaux : SDIS33 cherche désespérément ACFI ( Arlésienne Contractuelle en France ou à l’International ) neuve ou déjà servie.

le secrétaire Emeric Mirallès.

NB : d’autres courriers, formels et dénués d’ humour, seront  adressés aux responsables de l’établissement  en ce qui concerne deux sujets prioritaires : les  enquêtes CHSCT qui n’ ont pas et ne sont toujours pas systématiquement organisées lors d’ accidents graves survenus ( demande écrite, exprimée en bureau, en séance plénière, en entretien avec le président et le directeur )  et le groupe de travail  sur les atteintes infligées aux sapeurs-pompiers à réunir très rapidement, l’inertie de l’établissement nous faisant craindre des délais trop longs.

ARTICLES QUI POURRAIENT VOUS INTERESSER :
Share This
hello